Actualités

Publié le 24/03/2020 20:40

Fabien Tchenkoua : “Ça nous tendait les bras…”

Alors que le football est logiquement à l’arrêt et que la période est au confinement pour nos joueurs, dirigeants et staffs sportifs ou administratifs, le GF38 vous propose, pendant cette période, d’aller à la rencontre d’ anciens du club.
Suite de la série avec Fabien Tchenkoua, milieu offensif grenoblois en 2014-2015.

Malgré une seule saison, Fabien Tchenkoua, 27 ans aujourd’hui, fait partie des joueurs que personne n’a oublié à Grenoble. Un point de chute où le Franco-Camrounais ne voulait, en premier lieu, pas atterrir. “J’étais à Sedan en L2 deux ans plus tôt et au Paris FC en National la saison précédente donc j’avais peur de redescendre en CFA” avoue-t-il avec du recul. Le bon discours d’Olivier Saragaglia, entraîneur de l’époque, lui faisait changer d’avis. “J’ai ensuite rapidement vu, par rapport à notre équipe ou nos conditions, qu’on était dans un club de CFA +++”.


Arrête-moi si tu peux…


Parfait pour que “Tchenks” puisse s’exprimer…et de quelle manière ! Dès le début de saison, il devient le titulaire indiscutable sur le côté droit de l’attaque grenobloise. Avec 8 buts en championnats (12 toutes compétitions confondues) et plusieurs passes décisives notamment destinées à Nassim Akrour, la relance est parfaite pour celui qui n’a, à l’époque, que 23 ans. Et qui, après une prestation XXL lors de l’élimination l’Olympique de Marseille en Coupe de France (3-3, 5-4 TAB), attisait déjà la curiosité. “Au niveau des émotions et du scénario, c’était incroyable à vivre. Dès le lendemain du match, mon téléphone sonnait dans tous les sens. J’ai tout renvoyé vers mon agent. Il a eu Lorient, Lens, Bastia, Guingamp ou encore Auxerre qui s’étaient renseignés après ce match mais je voulais finir la saison tranquillement à Grenoble où on jouait la montée en National.” Un objectif finalement manqué au profit de l’AS Béziers…pour un petit point. “Ça a été très difficile à digérer, ça nous tendait les bras mais on a lâché…”. Lui aura été régulier du début à la fin et c’est naturellement que le monde pro lui ré(ouvre) ses portes. Direction Nîmes (L2)! Après six mois mitigés, une offre de Saint-Trond (D1 belge) arrive. Le joueur et le club nimois, indemnisé pour le transfert, sont favorables : ” Mais en arrivant en Belgique il y a eu une période de doute puisqu’il a été évoqué que je sois…prêté en D2 Anglaise à, Charlton (les deux clubs avaient le même propriétaire)”. Finalement, pas de Championship mais bien un début d’aventure en Jupiler Pro League pour la deuxième partie de la saison 2015-2016. “J’ai pris pas mal de plaisir, notamment lors de matchs contre Anderlecht ou le Standart, des gros club. Mais la saison suivante, j’avais plus un rôle de joker donc j’étais favorable, à l’hiver 2016, à rejoindre soit l’ESTAC (L1) soit Auxerre (L2) qui me voulaient. Finalement, en novembre, le coach m’aligne titulaire dans un match de coupe et je me pète les croisés…” explique Fabien. Gros coup dur ! Tout est remis à zéro.


Malgré son entrée de feu avec le FBBP01, ce sont les Grenoblois, en rouge pour l’occasion, de Vandenabeele, Sotoca et Coulibaly qui accèdent à la Domino’s Ligue 2.

A l’été 2017, durant la période des transferts il est encore trop juste physiquement malgré un statut de joueur “libre”. Grâce à un contact sur place, il reprend au…Football Bourg-en-Bresse Péronnas 01 (L2)…avec la réserve, fin août. Cela ne dure qu’une semaine avant de basculer chez les pros et de signer un contrat jusqu’en fin de saison. Il y côtoie un ex-grenoblois (Julien Begue) et un futur alpin (Lakdar Boussaha). Il est même le joueur le plus dangereux, lors de son entrée en jeu face au…GF38 (0-0) dans le match retour des barrages. Ce qui lui vaut des contacts avec le club isérois. Rodez et Dunkerque (National) l’approche, Bourg souhaite le conserver mais lui fait savoir trop tard puisqu’à l’été 2018 il signe à…Carl Zeiss Jena, en D3 Allemande. “Un autre monde! Premier match, en amical, on joue Union Berlin devant 27 000 spectateurs! Je me suis dis “Ah ouais”…”. Jusqu’à la trêve, tout lui plait mais les mauvais résultats ont raison de l’entraîneur, limogé. “Tchenks” sort des plans jusqu’à l’été dernier où une petite douleur au genou se révèle être une tumeur. “Je ne m’y attendais vraiment pas. Je me suis donc fait opérer et je suis revenu à Grenoble pour me faire suivre par Olivier Piggio. Pendant cette période, je dormais chez Harouna (Abou-Demba) qui est un ami depuis le centre de formation de Sedan”. Guéri, il retourne en Allemagne où il est toujours sous contrat. On lui notifie qu’il s’entraînera désormais avec l’équipe réserve. “Une procédure est actuellement en cours avec le club donc on verra bien de la suite, si suite il y a comme tout est arrêté avec le Coronavirus.” Cet été, il sera libre. “Je rentrerai chez moi, à Villeneuve-la-Garenne (92) pour faire le point. Je songerai à toutes les possibilités mais privilégierai un retour en France”.


Célébration du but face à la réserve de l’AS Monaco (1-0).


Le mot de la fin de Fabien Tchenkoua :

“Je suis toujours Grenoble. Il reste Brice (Maubleu) que j’ai connu là-bas ainsi que le staff Michael Diaferia et Arnaud Genty. Et Harouna, donc, qui est un ami proche. Je ne suis pas surpris de voir que le GF38 s’installe en L2, c’est le minimum pour la ville et un club comme celui-là. Je suis revenu plusieurs fois au Stade des Alpes dont l’été dernier contre Rodez en match amical et j’avais été surpris que les gens me reconnaissent, c’est toujours un plaisir d’avoir marqué les supporters malgré une seule saison.”


Photos : Alain Thiriet/Julien Diaferia

Rédaction : A.S

Prochain match

Paris FC

Paris FC

03/04/2020

image versus
20H00
Grenoble Foot 38

Grenoble Foot 38

Domino’s Ligue 2 2019-2020
Stade Charléty

Date & heure prévisionnelles
lundi 09 mars
GF38-VAFC du côté des loges et salons
Voir les photos