JP Sechet « Un club qui m’est cher »

C’est avec un grand plaisir que le GF38 va recevoir l’US Raonnaise ce soir. Pourquoi? Tout simplement parce que le Stade des Alpes va offrir une affiche avec du football. Une affiche où les deux entraîneurs préconisent le jeu et les 4 points.

Une autre raison, importante à nos yeux, c’est le retour d’un glorieux anciens à Grenoble et ce même s’il dirige nos adversaires du jour. Jean-Philippe Sechet, c’est près de 150 matchs sous les couleurs grenobloises. Ami et ex-coéquipier d’Olivier Saragaglia qu’il retrouvera avec plaisir, l’entraîneur de l’USR nous a confié sa joie de retrouver Grenoble et la mémoire du football grenoblois Roger Garcin. Entretien (et le groupe de l’USR).

Bonjour Jean-Philippe, avec 3 matchs en retard, vous êtes à seulement 6 points du leader et en plus en grande forme, est-ce que les ambitions sont revues à la hausse?

Jean-Philippe Sechet : « L’ambition du club était le maintien. Maintenant, on se prépare à des semaines chargées. C’est un championnat où tout le monde peut battre tout le monde donc ça peut aller très vite dans un sens comme un autre. On va chercher à être les troubles-fêtes. Potentiellement on peut être premiers mais il faut les gagner les matchs ! Contrairement à Grenoble qui a fait le plein des matchs , nous il faut les jouer et les gagner. On doit faire attention à ne pas se laisser griser. Si on peut se mettre dans le bon wagon, tant mieux. Pour l’instant, il faut gagner chaque match qui vient. Il faut jouer pour gagner et surtout pas jouer pour ne pas perdre, ça c’est c’est très important pour moi.« 

Par rapport au début de saison, vous restez sur une superbe série de 7 ou 8 victoires et 5 nuls. Quel est le secret de votre réussite actuelle?
« Au début de saison, il y avait un groupe à reconstruire, un nouvel entraîneur avec d’autres méthodes. Il a fallu d’abord assimiler cette nouvelle méthode de travail. Pour moi, la star du club doit être le groupe et non pas le joueur. A partir du moment où un joueur a une licence dans un club, il a des devoirs et non pas des droits. On a qu’un seul objectif, chercher les 4 points qui se présentent à chaque match.« 

Votre dernière défaite en championnat, c’était le 6 octobre contre Grenoble mais Olivier nous a dit que la tâche ne sera pas facile contre vous, que vous sortez très rapidement en contres…

« Ça va être la meilleure attaque contre la deuxième défense, la meilleure attaque à domicile contre la meilleure attaque à l’extérieur, on ne joue pas qu’en contre, on ne ferme pas le jeu. On a réussi à embêter Bordeaux en Coupe de France, c’est pas pour ne plus jouer en championnat après. Après le match contre Grenoble, ce qui m’avait fait vraiment plaisir c’est qu’Olivier me dise qu’on avait été la seule équipe à ne pas fermer le jeu. On ne reste pas à 11 derrière, on veut imposer notre jeu et jouer pour gagner, non pas jouer pour ne pas perdre.« 

Est-ce que vous avez étudié le jeu grenoblois?

« Avant d’étudier les forces de l’adversaires, je m’occupe du jeu de mon équipe. Si demain Grenoble se méfie trop de mon groupe et se concentre sur mon jeu et pas le sien, alors j’aurai gagné la première manche. Chaque week-end, je regarde les faiblesses de mon équipe pour les corriger et ne plus refaire. S’améliorer, chaque week-end on cherche à s’améliorer.« 

Ça va être votre première sur le terrain du Stade des Alpes comme entraîneur?

« Ça va être ma première tout court. J’aurai bien aimé être invité  pour l’inauguration ou d’autres matchs mais ils semble qu’à cette époque, les dirigeants ou la Métro semblaient avoir oublié que le club avait une histoire. Beaucoup trop de clubs oublient le passé. A Grenoble, heureusement il y a encore Roger Garcin car c’est la mémoire vivante du club. J’ai pris beaucoup de plaisir à le connaître et ce sera une joie de le revoir. Les clubs ne doivent jamais oublier les anciens sinon ils oublient tout ce qui fait l’histoire du club.

Quand je jouait à Grenoble, je me souvient du plaisir qu’on avait. On se faisait des tennis-ballon avec les anciens, avec Di Tommaso (Pascal) et Batteux. C’est des choses qui font plaisir et qui imprime une état d’esprit club. J’ai eu ma première licence pro à Grenoble, j’y ai connu mes premiers émois de footballeur. C’est un club qui m’est très cher et je reverrai avec plaisir ceux que j’y ai connu. « 

Le Groupe de l’US Raonnaise

Gardiens

Romain Lambay, Jérôme Scolan

Défenseurs

Loïc Demangeon, Amara Keita, Maxime Kelsch, Loïc Malardé, Benoît Patin, Souleymane Regui, Alexandre Voinson

Milieux

Jean-Philippe Djé, Mounir Hamzaoui, Olcay Kaya, Samir Ketlas

Attaquants

Hassan Benkajjane, Romain Géhin, Trésor Nyamwizi

FLP - 17 mars 2013.

Aller plus loin

sam 16 Mar 2013
  • 22:46Le GF38 repart de l’avant en s’imposant 3-0

    Belle opération pour le GF38 qui s’impose ce soir 3-0  et conserve la tête du groupe B.

    Lire