Cet après-midi, Grenoble devra se méfier face à Tarbes !

S’il n’y a pas vraiment d’objectif grenoblois pour la Coupe de France, si ce n’est de continuer l’aventuire le plus longtemps possible, il y avait cependant un désir d’arriver au huitième tour de Coupe de France afin de n’avoir aucun trou dans l’agenda. Un autre était de ne pas perdre contre une équipe évoluant dans un championnat de niveau inférieur au National. Le premier point est atteint avec la rencontre face à Tarbes de ce samedi. A désormais un match des 32eme et de la possibilité d’aller titiller les équipes de Ligue 1, il serait de bon ton de valider le second critère, Tarbes évoluant en National 2.

Quand Grenoble évoluait dans le groupe Sud de CFA, saison 2013-2014 , il y  eu deux rencontres entre les deux équipes, toutes deux se sont soldés par un nul , 2-2 (Akrour et  CSC) à Trelut l’antre tarbaise et 1-1 (Belfort Fils) au match retour au Stade des Alpes. Cette saison, Tarbes est en plein marasme en National 2. Deux victoires, un match nul et 9 défaites dont les quatre dernières rencontres et cela place les Tarbais en toute dernière place du groupe A à 4 points de la réserve marseillaise, première équipe non relégable. Avec une différence de but de -14, 23 buts encaissés contre 9 seulement de marqués, Tarbes sait désormais que la saison va être très longue et n’aura qu’un espoir, infime à ce jour, de rester à ce niveau.  Et quand rien ne va…. Par presse interposée, il y a un peu de bisbille dans l’air entre dirigeants et joueurs. Pas bon pour le moral des troupes … Sauf que … Là c’est la coupe de France, le bon moyen d’oublier cette mauvaise passe et d’aller chercher un rayon de soleil au pied des Alpes, même si, à 700 km des Pyrénées, c’est plutôt la neige qui s’est installée.  Alors gare à la sur-motivation de cette équipe à ce niveau de la compétition.

Le GF38 d’Olivier Guegan devra donc se méfier d’une équipe qui va jouer son vatout. On sait que la Coupe de France réserve des surprises et les Grenoblois n’auront pas envie d’être justement la mauvaise surprise du jour. Si Maubleu est suspendu, Camara qui avait fait l’intérim il y a peu a montré qu’il était à la hauteur de la tâche. La bonne nouvelle est le retour dans le groupe de Maxime Spano Rahou, qui, avec deux matchs en réserve (et deux buts) est apte désormais et peut prétendre à une place de titulaire. Tout comme Raphaël Gherardi qui, déjà retenu à Béziers mais non entré en jeu, avait également repris et joué plusieurs fois avec le groupe d’Hakim Aïbeche. Par contre le technicien grenoblois doit se passer de son capitaine attitré, Julien Deletraz mais également d’Eric Vandenabeele qui était sorti à la mi-temps la semaine dernière, ressentant une douleur aux ischios.

SI l’on scrute les classements et les statistiques des deux équipes, on se dit que la différence est énorme entre un quatrième de National, invaincu depuis sept matchs, et un dernier de National 2, qui vient de subir une quatrième défaite de rang et qui encaisse beaucoup de buts. Mais on va laisser cela aux théoriciens du football car seule la vérité du terrain compte et sur un match de Coupe, les différences sont effacées (l’Olympique de Marseille version Bielsa le sait bien). Il s’agit donc de respecter les Tarbais et de les prendre d’égal à égal, en essayant d’imposer le jeu d’entrée, de profiter de chaque occasion, de faire ce que l’on fait le mieux, se porter vers l’avant !  C’est au prix de cette débauche d’énergie là que la qualification pour les trente deuxièmes  pourrait se faire.

Mais la coupe reste la coupe ! Cette fois, le match ayant lieu « à la maison » le public grenoblois sera derrière son équipe et on peut penser que, vu que ce sera le seul match ce weekend dans l’agglo grenoblois, les amateurs de ballons rond seront nombreux pour accompagner  nos bleus dans cette belle aventure et la faire encore durer !

 

 

CD - 3 décembre 2017.